Ce site n'est pas un site officiel de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Les remarques, commentaires et articles n'engagent que la seule responsabilité de leurs auteurs, l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ne pouvant en être tenue pour responsable.



Messages des dirigeants de l'Eglise

Elder Teixeira - Avril 2011

« L’obéissance doit être volontaire, elle ne doit pas être forcée; il ne doit pas y avoir de contrainte.

José A. Teixeira, 2e conseiller dans la présidence de l’interrégion d’Europe

 

Lire la suite

Le sabbat et la Sainte-Cène

Par L. Tom Perry du Collège des douze apôtres


L. Tom Perry
Que votre foyer soit rempli d’amour par le fait que vous honorez le sabbat toute la journée et que vous goûtez à ses bénédictions spirituelles tout au long de la semaine.

Mes frères et sœurs du monde entier, nous sommes venus ce matin écouter la voix d’un prophète. Je témoigne que la voix que nous venons d’entendre est celle du prophète vivant de Dieu sur la terre aujourd’hui, Thomas S. Monson. Comme nous sommes bénis d’avoir ses enseignements et son exemple !

Cette année nous avons tous l’occasion d’étudier les paroles des prophètes du Nouveau Testament à l’École du dimanche. L’Ancien Testament étudie des prophètes et un peuple ; le Nouveau Testament, lui, se concentre sur la vie et l’influence du seul Homme venu sur terre avec la double citoyenneté des cieux et de la terre : notre Sauveur et Rédempteur, Jésus-Christ.

Le monde d’aujourd’hui est si saturé des doctrines des hommes qu’il est facile d’oublier et de perdre la foi en ce compte-rendu capital de la vie et du ministère du Sauveur qu’est le Nouveau Testament. Ce livre sacré est le cœur de l’histoire scripturaire, tout comme le Sauveur lui-même doit être au cœur de notre vie. Nous devons nous engager à l’étudier et à le chérir !

Nous pouvons trouver des joyaux de sagesse inestimables dans notre étude du Nouveau Testament. J’aime toujours lire les récits où Paul voyage et organise l’Église du Sauveur, surtout ses enseignements à Timothée. Au quatrième chapitre des écrits de Paul à Timothée nous lisons : « Déclare ces choses et enseigne-les… sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté 1  ». Je ne connais pas de meilleur moyen de commencer ou de continuer d’être un modèle pour les fidèles que de respecter le jour du sabbat.

Dès la création du monde, un jour a été mis à part de tous les autres. « Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia 2 . » Même Dieu se reposa de son œuvre ce jour-là et il attend de ses enfants qu’ils fassent de même. Il a donné ce commandement aux enfants d’Israël :

« Souviens-toi du jour de repos pour le sanctifier.

« Tu travailleras six jours et tu feras tout ton ouvrage.

« Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu…

« C’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié 3 . »

Le culte doit toujours faire partie du respect du jour du sabbat. Après être devenus mortels, Adam et Ève ont reçu le commandement d’« adorer le Seigneur, leur Dieu, et… [d’]offrir les premiers-nés de leurs troupeaux en offrande au Seigneur… en similitude du sacrifice du Fils unique du Père 4 . » Le sacrifice d’animaux rappelait à la postérité d’Adam qu’un jour l’Agneau de Dieu, Jésus-Christ, ferait le sacrifice de sa propre vie pour nous.

Durant toute sa vie, le Sauveur a parlé de ce sacrifice 5 . La veille de sa crucifixion, ses paroles ont commencé à s’accomplir. Il réunit ses disciples dans une chambre haute, loin des distractions du monde. Il institua la Sainte-Cène.

« Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps.

« Il prit ensuit une coupe, et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous,

« car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés 6 . »

À partir de ce moment-là, l’expiation du Sauveur est devenue le grand et dernier sacrifice. Quand il est apparu sur le continent américain après sa résurrection, il a conféré sa prêtrise à ses disciples et a institué la Sainte-Cène en leur disant :

« Et cela, vous vous appliquerez toujours à le faire,… c’est à dire comme j’ai rompu le pain et l’ai béni, et vous l’ai donné…

« Et ce sera un témoignage pour le Père que vous vous souvenez toujours de moi. Et si vous vous souvenez toujours de moi, vous aurez mon Esprit avec vous 7 . »

Il est remarquable de constater que, même durant les périodes sombres de l’apostasie, cette pratique du culte du sabbat et de la Sainte-Cène a persisté sous de nombreuses formes.

Quand l’Évangile a été rétabli, Pierre, Jacques et Jean, trois des apôtres, à qui le Sauveur avait d’abord donné la Sainte-Cène, sont apparus à Joseph Smith et à Oliver Cowdery. Sous leur direction, l’autorité de la prêtrise nécessaire pour bénir la Sainte-Cène pour les membres de l’Église de Jésus-Christ a été rétablie 8 .

Conférée par le Sauveur à ses prophètes et apôtres et d’eux à nous, cette autorité de la prêtrise perdure sur terre aujourd’hui. Des jeunes détenteurs de la prêtrise dans le monde entier se qualifient pour exercer le pouvoir de la prêtrise en respectant sincèrement les commandements et les principes de l’Évangile. En gardant leurs mains nettes et leur cœur pur spirituellement parlant, ces jeunes gens préparent, bénissent et distribuent la Sainte-Cène à la manière du Seigneur, manière qu’il a définie par ce qu’il a fait il y a plus de deux mille ans.

Prendre la Sainte-Cène est au centre de notre respect du jour du sabbat. Dans les Doctrine et Alliances, le Seigneur nous commande à tous :

« Et afin de te préserver plus complètement des souillures du monde, tu iras en mon saint jour à la maison de prière et tu y offriras tes sacrements.

« Car en vérité, c’est ce jour qui t’est désigné pour que tu te reposes de tes labeurs et pour que tu présentes tes dévotions au Très-Haut.

« Et en ce jour-là, tu ne feras rien d’autre 9 . »

Quand on étudie le modèle du Sabbat et de la Sainte-Cène dans notre vie, il apparaît que le Seigneur nous demande trois choses : premièrement, de nous préserver des souillures du monde, deuxièmement d’aller à la maison de prière et d’offrir nos sacrements, et troisièmement de nous reposer de nos labeurs.

C’est merveilleux d’être chrétien et de vivre en vrai disciple du Christ. Il a dit de nous : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde 10 . » Pour nous préserver des souillures du monde, il veut que nous évitions les distractions profanes des commerces et des lieux de loisirs pendant le jour du sabbat.

Je pense qu’il veut aussi que nous nous habillions convenablement . Nos jeunes peuvent penser que la vieille expression « habits du dimanche » est démodée. Pourtant, nous savons que lorsque nous commençons à porter les vêtements de la semaine le dimanche, nous en gardons l’attitude et les comportements. Bien entendu, il n’est peut-être pas nécessaire que nos enfants gardent leurs habits du dimanche jusqu’au coucher du soleil. Cependant, par les vêtements que nous les incitons à porter et les activités que nous planifions, nous les préparons pour la Sainte-Cène et à recevoir ses bénédictions pendant toute la journée.

Que signifie offrir nos sacrements au Seigneur ? Nous reconnaissons que nous faisons tous des erreurs. Chacun de nous a besoin de confesser ses péchés et ses fautes à son Père céleste et aux autres personnes qu’il peut avoir offensées, et de les délaisser. Le sabbat nous donne une occasion précieuse d’offrir nos sacrements au Seigneur. Il dit : « Souviens-toi qu’en ce jour, le jour du Seigneur, tu offriras tes oblations et tes sacrements au Très-Haut, confessant tes péchés à tes frères et devant le Seigneur 11 . »

Melvin J. Ballard suggère : « Nous tenons à ce que les saints des derniers jours se rendent à la table de Sainte-Cène parce que c’est l’endroit où l’on s’examine, où l’on fait son examen de conscience, où l’on peut apprendre à rectifier ses voies et à mettre sa vie en règle, se mettant en accord avec les enseignements de l’Église et avec ses frères et sœurs 12 . »

Quand nous prenons la Sainte-Cène dignement, nous témoignons que nous voulons prendre le nom du Sauveur sur nous, respecter ses commandements et nous souvenir toujours de lui afin d’avoir son Esprit avec nous. De cette manière l’alliance de notre baptême est renouvelée. Le Seigneur a assuré à ses disciples, « Chaque fois que vous le ferez, vous vous souviendrez de cette heure où j’étais avec vous 13 . »

Parfois nous pensons que nous reposer de nos labeurs signifie simplement laisser sa moissonneuse batteuse dans le champ ou mettre une pancarte portant l’inscription « Fermé » à la porte d’un commerce ou d’une entreprise. Toutefois, dans le monde d’aujourd’hui, le labeur concerne le travail de notre vie de tous les jours. Il peut s’agir d’activités rémunérées que l’on peut faire de chez soi, de compétitions sportives ou d’autres passe-temps qui nous éloignent du culte du jour du sabbat et de l’occasion de servir les autres.

« Ne prends pas les choses sacrées à la légère 14  », a dit le Seigneur aux saints, comme pour nous rappeler ce qu’il a dit à ses disciples : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat 15 . »

Frères et sœurs, en ces derniers jours, l’adversaire prospère quand nous nous relâchons dans notre engagement envers le Sauveur, quand nous ignorons ses enseignements du Nouveau Testament et d’autres Écritures et quand nous cessons de le suivre. Parents, c’est dès maintenant que vous devez enseigner à vos enfants d’être des modèles pour les fidèles en assistant à la réunion de Sainte-Cène. Lorsque le dimanche matin arrive, aidez-les à être bien reposés, bien habillés et spirituellement prêts à prendre les emblèmes de la Sainte-Cène et à recevoir le pouvoir du Saint-Esprit qui éclaire, édifie et ennoblit. Que votre foyer soit rempli d’amour par le fait que vous honorez le sabbat toute la journée et que vous goûtez à ses bénédictions spirituelles tout au long de la semaine. Exhortez vos fils et vos filles à se « lever et briller », en sanctifiant le jour du sabbat, que « [leur] lumière soit une bannière pour les nations 16  ».

Au fil des années, je continue de penser aux jours de sabbat de mon adolescence et de ma vie de jeune adulte. Je me souviens encore du premier jour où j’ai distribué la Sainte-Cène quand j’étais diacre, et des petits gobelets en verre que je tendais aux membres de ma paroisse. Il y a quelques années, un bâtiment de l’Église de ma ville natale a été rénové. Un compartiment de la chaire avait été scellé. Quand on l’a ouvert, on y a découvert quelques-uns de ces petits gobelets en verre qui y étaient restés cachés pendant des années. On m’en a offert un en souvenir.

Je me souviens aussi du coffre vert que nous emportions dans les Marines. À l’intérieur de ce petit coffre, il y avait un plateau en bois et un paquet de gobelets de Sainte-Cène, afin que nous puissions avoir la bénédiction de la paix et de l’espérance de la Sainte-Cène même dans le conflit et le désespoir de la guerre.

Quand je pense aux gobelets de Sainte-Cène de ma jeunesse, les uns dans la vallée protégée de la maison de mon enfance, les autres à des milliers de kilomètres dans le Pacifique, je suis rempli de gratitude que le Sauveur du monde ait été disposé à boire la « coupe amère 17  » pour moi. Et, grâce à cela, je peux dire avec le Psalmiste « ma coupe déborde 18  » des bénédictions de son expiation infinie et éternelle.

En ce jour qui précède le Sabbat, alors que nous commençons cette grande conférence, puissions-nous nous souvenir des bénédictions et des occasions qui sont les nôtres lorsque nous assistons à la réunion de Sainte-Cène chaque semaine dans notre paroisse ou notre branche. Préparons-nous et comportons-nous, durant le sabbat, d’une manière qui permettra que les bénédictions qui nous sont promises se déversent sur nous et notre famille. Je rends témoignage que la plus grande joie que nous recevons dans cette vie nous est donnée quand nous suivons le Sauveur. Je prie pour que nous respections ses commandements en sanctifiant son jour sacré. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

Le conseil de paroisse : la clé pour sauver des âmes

Elder Kopischke - mars 2011

Message de la présidence d’interrégion pour Le Liahona, janvier 2010

Elder Kopischke

Elder Kopischke

 

Le but de l’Évangile de Jésus-Christ est d’aider les familles et les personnes à se qualifier pour l’exaltation. De ce fait, la doctrine, les principes et les programmes de l’Église se concentrent sur des responsabilités divinement données : aider les membres à vivre l’Évangile de Jésus-Christ, rassembler Israël par l’œuvre missionnaire, s’occuper des pauvres et des nécessiteux et construire des temples où les vivants et les morts peuvent être rachetés au moyen des ordonnances et des alliances sacrées de la prêtrise.

Le conseil de paroisse ou de branche doit jouer un rôle clé dans ces efforts. Au début de cette nouvelle année, nous invitons tous les dirigeants et les membres à réfléchir au but qu’a l’Église d’apporter l’exaltation et au potentiel qu’a le conseil de paroisse d’influencer, de bénir et de secourir les enfants de notre Père céleste en participant à la réalisation de son grand but, qui est l’immortalité et la vie éternelle de l’homme. Qu’est que cela signifie pour moi qui suis dirigeant et membre d’un conseil ou pour moi qui suis membre, dans mon appel personnel ? Quelle contribution puis-je apporter ? Qui puis-je aider et influencer ?

En août dernier, la présidence d’interrégion a eu une manifestation spirituelle remarquable. Alors que nous méditions et priions au sujet de ce que nous devions faire en tant que présidence de l’interrégion d’Europe, chacun de nous a éprouvé le grand désir de doubler le nombre de membres pratiquants de l’Église en Europe pendant les dix prochaines années. Nous sommes allés au temple dans la prière et le jeûne et nous avons chacun reçu une confirmation puissante de l’Esprit. Cette expérience motive toutes nos pensées, tous nos buts, tous nos projets et toutes nos actions. Dans la prière, nous avons élaboré un plan d’interrégion. Nous avons tenu conseil en présidence et avec les soixante-dix d’interrégion. Nous tenons maintenant conseil lors des réunions de coordination avec les présidents de pieu et de mission. Nous essayons de servir chacun individuellement chaque fois que nous le pouvons et nous examinons et évaluons constamment nos efforts.

Cet exemple, au niveau de l’interrégion, a inspiré un grand nombre de nos présidents de pieu et de mission. Nous invitons tous les conseils de paroisse et de branche de l’interrégion d’Europe à prier pour être inspirés concernant le but de l’Église, qui est d’apporter l’exaltation. Le Seigneur a promis : « Fais de l’Éternel tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire » (Psaumes 37:4). Nous vous promettons que le Seigneur vous accordera des aspirations sacrées et divines. Si vous tenez conseil, priez et recherchez une confirmation, le Seigneur confirmera vos aspirations avec puissance et vous pourrez vous fixer des buts personnels et de paroisse. Prêchez mon Évangile explique : « Les buts reflètent nos aspirations profondes et la vision que nous avons de ce que nous pouvons réaliser. Les buts et les plans nous permettent de transformer nos espoirs en action. La fixation de buts et la planification sont des actes de foi » (Prêchez mon Évangile, p. 160).

Il n’est pas attendu de vous que vous preniez nos buts et que vous les appliquiez à votre situation. Il est important que vous appreniez à vous fixer vous-mêmes des buts à l’aide de la prière et à élaborer également vos plans dans la prière. Si vous êtes unis en conseil, le pouvoir du Seigneur entrera dans votre cœur et dans votre paroisse ou branche. Vous recevrez les mêmes bénédictions que les membres de l’Église à l’époque d’Alma :

« Et il leur commanda de ne pas avoir de querelles entre eux, mais de regarder d’un même œil vers l’avenir, ayant une seule foi et un seul baptême, et leurs cœurs étant enlacés dans l’unité et l’amour les uns envers les autres. Et c’est ainsi qu’il leur commanda de prêcher. Et c’est ainsi qu’ils devinrent les enfants de Dieu » (Mosiah 18:21, 22).

L’évêque n’est pas seul. D’autres personnes sont appelées pour l’aider. Dans l’Église, quiconque est appelé reçoit de l’autorité de la part de Dieu. Nous sommes invités à nous unir pour le salut des âmes et, en conseil, à regarder vers l’avenir avec le même œil de la foi, le cœur enlacé dans l’unité et l’amour les uns envers les autres. C’est de cette façon que, nous aussi, nous deviendrons enfants de Dieu.

Nous trouvons, dans les Écritures, des principes puissants qui peuvent être adaptés par les conseils de paroisse et de branche. Comme tous les principes de l’Évangile, ils nous aident à faire grandir notre propre foi en Jésus-Christ et à apporter le salut à notre âme (voir D&A 4:4).

·        Nous devons nous réunir souvent en conseil avec le désir et le projet d’aider les non-membres et les membres à « aller au Christ », à se souvenir de leurs alliances et à les respecter :

« Néanmoins, il était commandé aux enfants de Dieu de se réunir souvent et de s’unir dans le jeûne et la prière fervente en faveur du bien-être de l’âme de ceux qui ne connaissaient pas Dieu » (Alma 6:6).

·        Nous rappelons aux membres de l’Église d’être fidèles à leurs alliances et nous invitons tous les autres à apprendre l’Évangile, à se repentir et à se faire baptiser :

« Je parle à titre de commandement, à vous qui appartenez à l’Église ; et à ceux qui n’appartiennent pas à l’Église, je parle à titre d’invitation, disant : Venez et soyez baptisés au repentir, afin que vous puissiez aussi manger du fruit de l’arbre de vie » (Alma 5:62).

·        Nous invitons les gens en priant pour eux puis en leur demandant de venir voir et ressentir :

« C’est pourquoi, élevez votre lumière, afin qu’elle brille pour le monde. Voici, je suis la lumière que vous élèverez : ce que vous m’avez vu faire. Voici, vous voyez que j’ai prié le Père, et vous en avez tous été témoins. Et vous voyez que j’ai commandé qu’aucun de vous ne s’en aille, mais j’ai plutôt commandé que vous veniez à moi afin de toucher et de voir ; ainsi agirez-vous envers le monde (3 Néphi 18:24-25).

·         Nous ne devons jamais abandonner nos espoirs pour quelqu’un.

« Néanmoins, vous ne le chasserez pas de vos synagogues, ou de vos lieux de culte, car vous continuerez à servir de telles personnes ; car vous ne savez pas si elles ne reviendront pas et ne se repentiront pas, et ne viendront pas à moi d’un cœur pleinement résolu, et je les guérirai ; et vous serez le moyen qui leur apportera le salut » (3 Néphi 18:32).

·         Nous devons inviter les gens « un par un » :

« Et il arriva que la multitude s’avança et mit la main dans son côté, et toucha la marque des clous dans ses mains et dans ses pieds ; et cela, ils le firent, s’avançant un à un jusqu’à ce qu’ils se fussent tous avancés, et eussent vu de leurs yeux, et touché de leurs mains, et connussent avec certitude et eussent témoigné qu’il était celui à propos duquel les prophètes avaient écrit qu’il viendrait » (3 Néphi 11:15).

 

Si nous appliquons des principes vrais, notre témoignage grandira. Nous progresserons en nombre et en force. Nos jeunes resteront pratiquants et se prépareront à faire une mission. Nos membres non pratiquants reviendront à l’Église. Bien plus d’enfants de notre Père céleste se joindront à l’Église et goûteront aux bénédictions de l’Évangile. Les résultats nous étonneront au-delà de toute mesure (voir Hélaman 3:25-26).

Un évêque de Sheffield (Angleterre) a fait un rêve dans lequel il a vu sa paroisse prospérer fortement. En réponse à ce rêve, il a reçu une deuxième équipe de missionnaires, a relevé ses deux conseillers et a appelé l’un deux comme dirigeant de mission de paroisse et l’autre comme assistant du dirigeant de mission de paroisse. Lors d’un conseil de paroisse, ils ont élaboré un plan missionnaire de paroisse et se sont fixé le but d’avoir vingt-quatre baptêmes pour l’année 2009. Ils étaient déterminés à inviter les non pratiquants à revenir à l’Église. En janvier 2009, le nombre de personnes qui assistaient à la réunion de Sainte-Cène s’élevait à cent. Ils ont atteint leur but de vingt-quatre baptêmes en milieu d’année et ont rapidement vu passer le nombre de personnes présentes tous les dimanches à cent soixante. Nous sommes convaincus que l’on pourra voir cette progression dans toutes les paroisses où l’évêque et le conseil de paroisse agissent ensemble dans l’unité.

Nous verrons Sion prospérer et « croître en beauté et en sainteté ». Ses frontières seront élargies et ses pieux seront fortifiés. Oui, Sion se lèvera et revêtira ses habits d’apparat (voir D&A 82:14).

Ce site n'est pas un site officiel de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Les remarques, commentaires et articles n'engagent que la seule responsabilité de leurs auteurs, l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ne pouvant en être tenue pour responsable.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site